Oyé, Oyé, Sacavins et Sacavinasses laissez passer le maître de la ritournelle alcoolique et du bon mot graveleux. Faite place au Prince de la vigne Mr Gérard Baste.

Pour ceux qui ne connaîtrai pas encore Gérard Baste, je suis sûr que vous l’avez déjà vu quelque part ne serait-ce dans les différents collectifs/groupes auxquelles il a participé : Qhuit, Le Klub Des 7 ou encore Les Svinkles. Non toujours pas ? A la TV peut être, il était présentateur dans l’émission Level one sur Game one avec Johann Lefèbvre avec qui, il a présenté le morning star sur D17 ou même sur MTV dans son émission Sachez-le, et Les petits concerts de MTV.

Même avec ce genre d’emploi du temps Tonton Baste a réussi à enregistrer un album « Le prince de la Vigne » grâce à un petit Ulule des familles. Et c’est avec cet album qu’il part dans la France entière faire une tournée. C’est à cette occasion que j’ai pu le voir à l’Élysée Montmartre le samedi 28 janvier.

Ouverture des portes à 19h, début du concert 20h, que faire en attendant, hummm pourquoi ne pas picoler.

A peine ai-je fini mon verre que la première partie arrive. Ce n’est d’autre que le rappeur Biffty et son Patapoufgang/French Bakery qui ouvre le concert.

Pour ceux qui ne connaîtrait pas le rappeur Biffty, c’est un « white trasher » français comme peut l’être Vald ou Alkapote. Son univers est énormément tourné autour de la nourriture et de l’alcool/plantes aromatisées. Ainsi, je pensais que sa présence pour la première partie de Gérard Baste avait du sens.

Biffty arrive sur scène arborant une blouse de chimie en rapport avec son nouveau clip « Toxicomane ». Ce dernier est accompagné de Julius, son frère (et réalisateur de clip de Biffty ainsi que Vald, Nekfeu ou encore Kento), ainsi que son camarade « Quelasouye » (présents sur quelques uns de ces clips et omniprésent sur le snapchat des deux compères). L’équipe étant au complet le show peut commencer.

Ce dernier joue ses sons les plus connus, dont Diamanté, Souyon ou encore Boulangerie Française, mais la sauce ne prend pas. Elle ne prend tellement pas que ça tourne au vinaigre lorsque d’autres amis de Biffty, du collectif Patapoufgang, rejoignent la scène à grand renfort de danse random et de dabs.

Résultat, le chanteur est là, sans être là (et on se demande bien pourquoi), et le public venu voir Gérard Baste n’est clairement pas venu voir Biffty et ne fait vraiment pas l’effort de s’y intéressé.

Résultat des courses, ça reste une première partie anecdotique, même si la prestation reste moyenne, juste passable, et l’ambiance n’est pas au rendez-vous. Je me sentais bien seul à fredonner dans la fosse.

Il faut aussi savoir que les personnes intéressés par Gérard ne devaient pas connaître ou très peu Biffty.

Si tu passes par-là, force à toi, en espérant te revoir bien plus énergique avec un public de souyon lors de la première partie de Vald le 17 mars.

Juste le temps de finir mon deuxième verre et de fumer une clope que les bouteilles de vin gonflable géante sont installées de chaque côté de la scène. L’arrivé du « prince de la vigne » et la foule se fait de plus en plus présente.

Le concert commence par le titre « Prince de la vigne » histoire de mettre tout le monde dans le bain, on remarque que Gérard n’est pas venu seul puisque, nous retrouvons Waxx a la guitare, Dr Vince aux platines, Xanax au micro et Fancie au cœur, sans compter deux danseuses.

Il fallu peu de temps au prince pour instaurer une ambiance bonne enfant. Mais c’est avec le titre « Maitre Kanter » qu’il fait partir les premiers pogo.

S’en suit une avalanche de titres fait pour foutre le feu, avec « trop gros » (deux fat boys remplacent pour l’occasion les danseuses), le spectacle burlesque fait par l’une des danseuses sur le Mix de DR Vince, l’arrivée d’A2H pour le feat sur « Profite » avec en bonus un bout de « On charbonne » et l’arrivée de Biffty pour le son « Hellfest » qui a retourné la foule.

N’oublions pas que cette soirée était aussi l’anniversaire de Biffty et pour fêter tout ça Gérard et Fancie ont tout prévu en préparant un gâteau de l’espace pour Biffty et son Patapouf gang.

La cerise sur le gâteau était bien sur l’apparition de Nikus Pokus sur tous les sons des Svinkels.

Bien sûr il y a eu des moments plus calme comme son envie de faire Tarata à sa sauce aussi appeler Taracaca et sa chanson « péter dans le club » qui à apaiser et bien fait rire le publique.

Ce concert était pour moi un fourre tout à la sauce Baste, avec les Svinkels au grand complet qui joue leurs plus grands tubes et avec tous les invités, c’était une soirée plus qu’un concert selon moi. Je le dis dans le bon sens du terme.

C’est avec « 28 litres plus tard » et « laisse faire le prince » que ce concert se termine. Après avoir bien bougé dans la fosse et bu grâce au cubi offert par les danseuses, je sors du pit dans l’euphorie la plus total. Fraîchement sorti de la fosse, je vois le prince Gérard en train de se mettre en slip pour nous remercier et finir le show.

Ce fut une très bonne cuvée, cela faisait longtemps que je ne m’étais pas autant amusé à un concert, j’ai retrouvé la même ambiance, de partage et de jeux qu’à un Major Lazer mais en plus petit comité et beaucoup plus alcoolisée.