Vous qui entrez ici, perdez toute espérance. Bienvenue au HELLFEST !

Du 17 au 19 juin, s’est déroulée la 11ème édition du Hellfest à Clisson. Après une dixième année fêtée comme jamais avec Hearthstone Taverne et un line up de toute folie. Malheureusement, cette année a un goût un peu amer avec tous les événements qui ont pu nous toucher. Malgré ça, il nous faut avancer et, cette année, le Hellfest a fait les choses en grand : un line up de feu, avec Rammstein, Twisted Sister, Black Sabbath, Slayer, Megadeth ou encore Dropkick Murphys.

Avant tout, j’aimerais vous parler des différents changements effectués durant cette édition. Grande nouvelle, la Warzone fait peau neuve. Tout a été mis a jour. Mieux agencée et vraiment plus folle, nous avions l’impression d’entrer dans l’enceinte d’une prison désaffectée avec ses miradors et ses murs en tôles, bien sûr le tout, rouillé comme pas deux.

Juste à côté de là, une esplanade a été crée en hommage à Lemmy Kilmister de Motörhead avec sa statue de 15 mètres et sa FUCKING pose dynamique à souhait, le tout entouré de bars et autres points snack. De quoi remettre d’aplomb n’importe lequel d’entre nous.

L’installation générale n’a pas changé. Le Métal Village voit l’arrivée d’un nouveau bar qui prend la place de la Hearthstone Taverne de l’année dernière dans un style beaucoup plus industriel. Il ressemble un peu à un vieil immeuble abandonné. Sinon, l’implantation du festival reste inchangé comparé à l’année dernière.

Petite nouveauté aussi, une tyrolienne a été mise en place entre le Huge Skull Face et le bout de la Mainstage 2. Seulement pour pouvoir en faire, il faut attendre 1h30 environ afin d’avoir une chance de survoler les deux Mainstages pendant un petit concert de Disturbed et de bien d’autres.

En parlant de petit concert. Cette année fut d’une qualité sans pareil. Que ce soit le Bal des Enragés et leur manière de retourner la foule avec leurs reprises de musiques ultra connues que la fosse chantera en choeur et leur jeux de scène bon enfant. Le cold as ice de Foreigner, Korpiklaani qui chante leur amour pour l’alcool. En clair, la festivité à l’état brut.© @teddymorellec / @laclefprod

Mais ce que je retiendrai de cette année c’est : 

Le passage de Dropkick Murphys qui m’a donné la patate. Avec leur son de tin whistle, de banjo et même de cornemuse, ils ont réussi à retourner le pit avec leur énergie et leur musique aux sonorités irlandaises.

Le premier concert de Rammstein au Hellfest. Flammes, feux d’artifices et jeux de scène époustouflants, Rammstein a réuni les festivaliers en une seule entité : celle du métal indus Allemand. Bisous les gars je vous aime.

Le set complet de The Offspring où tout le monde a pu décharger le trop plein d’énergie emmagasiné par le concert précédent. U gonna go far kid.

Le Wall of Death de Mass Hysteria sur la Mainstage 2 sûrement le plus grand Bravehearth que j’ai vu de ma vie et leur envie de descendre dans le pit pour jouer en étant entouré par un bon gros circle pit.

Les Toy Dolls et leur 35 ans de carrière, Nellie the Elephant et sa hola qui a parcouru toutes la Warzone et tout ça c’était sans compter les batailles de copeaux de bois.

Le OU AH AH AH AH de Disturbed et cet invité de fou, le chanteur de Six AM pour reprendre la chanson Shout At The Devil et l’arrivé de Glenn Hughes pour lancer un petit Baba O’Riley pour finir sur un Killing In The Name.

Le dernier concert de Twisted Sister après 40 ans de bon et loyaux service. Ses géants du Heavy Métal nous disent au revoir de la plus belle des manières à base de gros MOTHERFUCKEEERRZZZZ.

Le concert de Ghost spécialement fait pour l’occasion, la chorale d’enfant sur Monstrance Clock, leur puissance scénique qui fera rendre fou n’importe qui et pour Years Zero et He is.

ET SURTOUT L’hommage pour Lemmy Kilmister de Motörhead, nous avons eu droit à une vidéo retraçant la vie de Lemmy et certaines de ses citations puis un magnifique feu d’artifice le tout en rythme avec les titres les plus connus de Motörhead. Les lettre « RIP LEMMY » affiché dans le ciel en feu d’artifice laisse place à la rediffusion du concert de Motörhead de l’année dernière.

13524430_10153603509712536_372877090094191841_n

J’ai fait aussi des découvertes comme Hermano, l’ex chanteur de Kyuss revient avec un nouveau groupe de stoner, on ressent bien les inspirations de Kyuss mais en un peu plus pêchu. Shinedown qui m’a mis une petite claque en ce premier jour de fest et je vous conseille vivement Captain Galow.

Bien sur je ne pourrai pas parler de tous les concerts qui sont passés ou même de tout ce que j’ai pu voir mais je vous parle des moments qui pour moi ont marqué cette édition 2016.

Ce qui est sûr c’est que le Hellfest n’a pas fini d’évoluer. J’attend donc avec impatience les futures changements.

© @teddymorellec / @laclefprod

BORN TO LOSE, LIVE TO WIN

Retrouvez la plupart des concerts sur Arte.

Crédit Photo : Bastien Gaboriau, Insane Motion, Teddy Morellec, Vice