Le rugby, ce sport tout en finesse.

038855

Ce 5 octobre est sorti Mercenaire, second film de Sacha Wolff. Pendant 1h44, ce long-métrage vogue entre Wallis, une des îles de la Polynésie française et Fumel dans le Lot-et-Garonne.

De quoi ça parle ?

Soane est repéré pour aller jouer au rugby en métropole. Cependant, il n’est que le second choix d’Abraham. Notre jeune sportif part avec ce qu’il a sur le dos. Lorsque le rêve tourne court il fait le choix de rester en métropole. Envers et contre tout.

Le titre lui-même désigne l’image que certains rugbymen ont d’eux-mêmes. En offrant leur force physique à qui veut bien pour la beauté du jeu, ils deviennent de véritables mercenaires. Puisqu’ils sont payés par le club, les joueurs font ce qu’on leur dit. Le rythme tranquille du métrage mets en valeur les scènes de rugby, les scènes de matchs ressemblant alors à des scènes de combat.

Soane joué par Toki Pilioko âgé de 19 ans au début de l’aventure a, malgré sa carrure imposante, tout de l’enfant. Livré à lui-même il chemine vers l’âge adulte, reprenant de force sa liberté et fait ses choix avec assurance.

En faisant le choix de situer l’action en Polynésie française à Wallis et Futuna, le réalisateur nous rappelle que tous les français ne vivent pas dans l’hexagone. Mercenaire donne une autre vision de la France. Celle de ces français qui ne partagent pas le même fuseau horaire que Paris. C’est alors que Soane devient un symbole. Car en jonglant entre une culture locale et nationale, on ne peut s’empêcher de se poser la question de l’intégration.

Ce long-métrage se révèle être un film aussi touchant que puissant à l’image de Soane. Tout en évitant de tomber dans une analyse lourde de sentiments, Mercenaire ne donne pas une figure manichéenne du monde et se montre franc sur les relations humaines.

Au final…

Ce film construit le cheminement vers l’âge adulte comme une succession d’épreuves où il faut être prêt pour payer le prix fort de la liberté. Outre le fait de comprendre et de sentir toute l’importance du haka. Sacha Wolff nous présente ici un histoire aussi puissante qu’émouvante. Mercenaire est définitivement un film qui vaut le détour.